PLB_Cartes des milieux 1 / 3
Situation géographique et urbaine du campus Grand-Sud-Est 2 / 3
PLB_Campus 3 / 3

PLB_Cartes des milieux

[PLB] PLAN CAMPUS PAYSAGE - LUMIÈRE - BIODIVERSITÉ

Aux portes de l’aire métropolitaine de Toulouse, le complexe scientifique de Rangueil est une polarité structurante de la Métropole.
Une ville à l’intérieur d’une autre ville, ce quartier est fractionné d’ensembles autonomes (universités, pôles de recherches spatiales, CHU etc…)
Plusieurs échelles de réflexion
Cette étude répond à des enjeux qui soulèvent des questions à plusieurs échelles. Dans la continuité du S.D.I.A. établi et suivant la démarche Plan «Toulouse Campus» mené à l’échelle de l’agglomération et la démarche éco-campus engagée spécifiquement sur le campus Grand Sud-Est, l’Université de Toulouse cherche à définir une structuration urbaine et paysagère spécifique du site, à réinterroger la place de la nature sur le site mais aussi à «réouvrir le campus vers la Ville». Elle cherche également à définir la stratégie et les outils opérationnels pour mettre en oeuvre cette restructuration répondant à ces objectifs de développement, de gestion, de valorisation, d’une part , tout en se connectant aux grandes dynamiques territoriales récemment engagées depuis les ateliers de la fabrique urbaine d’autre part.

S’inscrire dans une démarche engagée pour un Campus du 21e siècle au cœur du projet métropolitain
Avec la finalisation du S.D.I.A. en 2011, le plan Toulouse Campus pour le site du Grand Sud-Est est entré dans sa phase opérationnelle. Pour affirmer le projet de développement durable développé à l’échelle métropolitaine par la Communauté Urbaine, notamment sur le périmètre «Plaine Campus», et pour faire de ce site un lieu de projet exemplaire selon les thématiques et cibles de l’AEU, une convention Eco-Campus est établie entre la collectivité territoriale , les Universités, le Rectorat et la CDC.
Dans toutes ces démarches, il apparaît clairement que le site du campus Grand Sud-Est possède les potentiels pour devenir un site de projet exemlaire et pilote en terme de dimension environnementale (mobilité, eau, paysages, énergie, biodiversité…).
Cette étude s’inscrit dans la continuité de ces démarches engagées pour un projet Campus répondant aux objectifs du projet métropolitain «Ville Nature» / «Ville de demain».

Une armature viaire dense et une armature «naturelle» existante prégnante, support de structuration et de développement
Border à l’ouest par les coteaux de Garonne, son développement est limité par le réseaux routier qui l’entourent. Idéalement situé en périphérie de l’aire urbaine, le complexe scientifique a été dessiné pour son accès en voiture. L’autoroute A62 et l’échangeur avec la A61 confinent le secteur à l’ouest rendant difficile sa progression à l’est.
L’armature viaire qui l’irrigue le coupe aussi du «reste du monde» en créant des limites et des coupures physiques qui contraint fortement les volontés de maillage et de connexions transversales.
La trame urbaine suit un plan orthogonal strict. Une règle systématique qui permet le dessin d’une ville fonctionnelle et performante.
Deux axes traversants permettent de connecter le complexe scientifique à la ville :
. Le premier est la route de Narbonne, axe historique. Cet axe prend l’apparence d’un «corridor urbain» à l’intérieur d’un système de Campus autonome. Quartier résidentiels, accès aux transports en commun, commerces et vie nocturne. C’est l’apport des aménités de la ville là où les activités sont à la recherche et à l’enseignement. Quartier résidentiels, accès aux transports en commun, commerces et vie nocturne
. Le second axe est formé par le Canal du Midi, le «corridor nature» du site. Il casse la rigidité de la trame urbaine et structure le site de par et d’autre du site. Planté sur les deux rives par un alignement de platane, il est le point d’appel de toutes les mobilités douces.
Ainsi, on identifie immédiatement les armatures et les logiques de la géographie naturelle et des milieux naturels, et paysagères qui pourront devenir le support d’appui de la restructuration urbaine et paysagère suivant les caractéri
e peu effacée. Ici, particulièrement, la logique des milieux naturels (axes nord-sud parallèles : Garonne – canal – L’Hers) peut devenir une structure d’appui forte, non seulement à l’échelle du site du campus Grand Sud-Est mais aussi en terme d’interrelation à l’échelle du Grand Toulouse (connexions via ces corridors et ces vallées).
  • Type: sites et paysages I planification
  • État: Livré
  • Année: 2015
  • Ville: Toulouse [31]
  • Client: Université de Toulouse
  • Superficie: 871 Ha
  • Budget: 95 250 € HT (Etudes)
  • Équipe: EXIT Paysagistes associés (Guillaume Lomp, Paul Lacaze, Virginie Barouillet, Elsa Bizouard, Raphael Leïtao), mandataire - Yon Anton-Olano, concepteur lumière - Rivière/Environnement - Flavien Bezy, urbaniste
  • Prestation: Etude de stratégie territoriale et urbaine