MON_Plan des franges littorales_10000 1 / 21
MON_CONC_131129_coupe plage-bourg-marais.ai 2 / 21
MON_Diagnostique 25000 3 / 21
MON_Intentions 1-25000 4 / 21
MON_Stratégie végétal_5000 5 / 21
MON_Stratégie végétal_200 6 / 21
MON_Deplacements jour courant été 5000 7 / 21
MON_Deplacements_Jour marche ete_5000 8 / 21
MON_Schema intensites.pdf 9 / 21
MON_Plan 1000 10 / 21
MON_Plan 500 11 / 21
MON_Coupe AA'_1 12 / 21
MON_Coupe BB' 13 / 21
MON_Coupe_CC' 14 / 21
MON_Coupe diagramme 11 15 / 21
MON_Coupe diagramme 22 16 / 21
MON_Isometrie salon 17 / 21
MON_place Ernest Guérin 18 / 21
MON_place Jean Yole 19 / 21
MON_rue Charles de Gaulle 20 / 21
MON_place des équipements 21 / 21

MON_Plan des franges littorales_10000

[MON] Centre‐ville

La ville de Saint Jean de Monts est caractérisée par deux centralités urbaines : le bourg et le front de mer. Leur implantation, morphologie et fonctionnement répondent à leur situation particulière dans le paysage originel, suivant un gradient parallèle au trait de côte, où se succèdent : – l’océan et la plage avec l’urbanisation du front de mer sur l’avant dune – le cordon dunaire forestier, culminant à +15 m (10 m au-dessus du niveau de la place de l’église) – le bourg historique, adossé et protégé par la dune boisée, en lisière du marais Par ailleurs, le fonctionnement urbain d’aujourd’hui est celui d’un bourg à la croisée de trois axes : – La route historique (rue du Gal De Gaulle), parallèle à la côte supplantée au fil du temps par des voies de contournement, – la liaison continentale : en lien avec Challans et la Roche/Yon (rue de Challans) – les radiales vers la côte, Les trois routes reliant côte et le centre bourg- (bd des Maraichins, avenue de la Mer et avenue de la Forêt devenant rue Clémenceau, rue de l’Eglise et rue de la Plage- rayonnent sur le boulevard sud qui borde le cordon forestier et se rejoignent au centre du bourg.

UN AXE VILLE-OCEAN PRIVILEGIE

Il apparaît clairement, au vu de son ossature commerciale comme des équipements publics, que l’axe qui relie le bourg au front de mer par l’avenue de la Mer et la rue de la Plage doit constituer le lien urbain ville-plage, principalement dédié à la promenade et aux déplacements doux. Moins d’1km 300 sépare les deux pôles. Depuis l’esplanade de la Mer, la partie sud-ouest de cet axe est déjà piétonne en été. Jalonnée de nombreux commerces, la voie emprunte ensuite une courte séquence travers la forêt (450 m linéaire), rejoint le centre bourg en traversant l’esplanade-jardin des équipements, puis, par la rue de la Plage, elle atteint aussitôt le coeur du bourg et ses places.

UN AMENAGEMENT DES ESPACES PUBLICS QUI RENFORCE L’ATTRACTIVITE ET L’ANIMATION DU CENTRE BOURG

Le périmètre d’aménagement couvre deux espaces assez distincts et complémentaires, supports d’animation urbaine : – l’esplanade-jardin et ses équipements publics ; mairie, poste et médiathèque, – les places centrales, autour des halles et de l’église Trois rues les relient dont les statuts sont différenciés : – la rue de la Plage axe principal des déplacements doux (piétons et cycles) le long des équipements et des commerces et qui serait nettement privilégié en termes de traitement, – la rue de l’Eglise plus résidentielle et riveraine – la rue Clémenceau qui, au-delà du square Jean Yole, s’ouvre sur les halles et sur les places Saint-Jean-de-Monts – Janvier 2014 Equipe de maîtrise d’oeuvre Lancereau & Meyniel – Exit Paysagistes – SCE Le cœur de la vie du bourg, été comme hiver est à la rencontre de cet axe Clémenceau/Jean Yole avec la rue historique principale de St Jean de Monts : la rue du Gal de Gaulle. L’ossature commerciale principale y forme un T, en jalonnant les deux côtés Est et Ouest de la rue De Gaulle et longeant la place Jean Yole (Clémenceau) jusqu’aux halles. Côté Ouest, la place Ernest Guérin, place de l’Eglise historique, s’étend en ‘champ de foire’, espace modulable pour divers usages (stationnements, marché étendu de haute saison, manèges et autres installations foraines, feux de la Saint-Jean, La déferlante et autres événements festifs et culturels…) Au centre, l’église articulant les espaces.

DES TRAMES VÉGÉTALES QUI STRUCTURENT LE BOURG ET QUALIFIENT LES ESPACES

Dans l’ensemble du périmètre opérationnel, mais résonnant à une échelle plus vaste ; du cordon forestier au marais, nous proposons de mettre en place un système végétal qui joue plusieurs rôles : – souligner la hiérarchisation et l’organisation concentrique du réseau viaire – qualifier les axes et places historiques avec un ordonnancement végétal conforté (alignements et mails de platanes rue De Gaulle / Place Guérin) – emprunter le vocabulaire vivant de la forêt dunaire pour investir et jardiner le cœur du village protégé des contraintes océaniques par la dune boisée (palette végétale de la pinède-chênaie, sols perméables sablonneux…)

LE PARTI AMÉNAGEMENT

Avec l’adaptation aux différentes saisons qui rythment la vie du bourg, il se propose de : – Renforcer l’axe privilégié ville-océan qui structure les espaces publics majeurs du bourg comme de la ville balnéaire – optimiser les déplacements et les stationnements pour libérer les espaces publics et y favoriser une multiplicité d’usages – installer un système végétal endémique, appuyant la hiérarchisation du système viaire et des espaces publics – développer une charte de matériaux et d’équipements des espaces publics, simple et facilitant la lisibilité et la flexibilité des usages La rue du Général de Gaulle : Côté trottoir : elle développe des larges plages piétonnes en petites dalles de granit jaune qui forment « la terrasse » des équipements et des commerces : terrasses de café et de salons de thé du cinéma, espaces d’achalandage, grande promenade piétonne qui se prolonge via la rue de la plage vers l’esplanade des équipements au sud. L’alignement de platanes du trottoir nord est conservé et complété, ombrageant le Saint-Jean-de-Monts – Janvier 2014 Equipe de maîtrise d’oeuvre Lancereau & Meyniel – Exit Paysagistes – SCE trottoir-terrasse. Le mail sud existant clairsemé est abattu pour permettre une grande ouverture spatiale et visuelle vers les carreaux. Côté église et place Jean Yole : Un plateau prolongeant les trottoirs jusqu’à l’église, dans lequel se glisse une bande circulable (de type zone de rencontre) et jalonnée de stationnements. Ce plateau est un espace primordial, c’est le point de rencontre situé à la croisée de tous les axes, il est traité comme un salon convivial abrité, planté, chaleureux, apte à accueillir été comme hiver, à s’asseoir, à se détendre, se retrouver. Le sol est en bois, tel un parquet urbain, il offre un sol de grande qualité, bien identifié, par un jeu de niveaux il surplombe légèrement l’esplanade de Jean Yole et permet de créer vers le sud une longue assise en rive. Le salon est surmonté par des ombrières qui abritent en toute saison du soleil ou de la pluie. Il est jalonné de grandes banquettes en bois et de plantations de pins en couvert. Plus loin, entre l’église et la façade sud de la rue de Gaulle, le plateau est parsemé de grandes incrustations végétales dans le sol urbain desquelles émergent une strate basse herbacée, palette végétale de la forêt dunaire, surmontées par des pins maritimes de forme libre, plantés en bouquets qui agrémentent les parcours au long et en traversée de la rue, qui mettent en scène les parvis et les entrées latérales de l’église. Le carreau Jean Yole Au nord comme au sud, du grand salon en bois jusqu’à la halle, l’esplanade du marché est bordée par un large trottoir côté rue Clémenceau planté avec un alignement de merisiers, arbres de petits développement, très fleurissant au printemps. La partie centrale est un plan unifié avec un béton de site de couleur ocre clair, rappelant le sable de la côte. Il est lavable et lisse, facile d’entretien pour un usage polyvalent : stationnement ponctuel, évènementiel, foires et marchés. Le carreau est bordé de bouquets de pins, qui émergent du sol en pourtour. Cette plantation qualifie fortement cet espace en lui donnant une image très urbaine et, à la fois, très inspirée de son contexte géographique. Plutôt que de grands jeux d’eau au sol, on propose un petit bassin circulaire avec une fontaine à boire. Le carreau Ernest Guérin Tout comme l’esplanade Jean Yole, la place Guérin est un sol plan et lisse en béton de site de ton ocre clair, bordée par des contre-allées : rue de la plage et des anciens d’AFN. Ces contre-allées qui encadrent la place déclinent à partir des façades : un trottoir en dalles de granit, la voie de circulation dans le même béton de site bordée par un stationnement longitudinal, le mail de platanes existant, conservé mais dé-densifié, aménagé au sol par une large plage sablée perméable, revêtue d’un platelage en bois et d’une ligne de bancs en délimitation contre-allée et carreau central. Sous le platelage, ce sol perméable, meuble et respirant est adapté au système racinaire des grands arbres, pour lesquels nous préconisons un mode de gestion et d’élagage vers une forme des sujets plus libre et développée. De même que sur Jean Yole, le sol béton est adapté à une partition dans l’utilisation : parking pour une partie sud mais pas en haut pour bien dégager l’église et en saison : manèges, podiums et grandes fêtes… Saint-Jean-de-Monts – Janvier 2014 Equipe de maîtrise d’oeuvre Lancereau & Meyniel – Exit Paysagistes – SCE Le jardin de chevet Appartenant au carreau de l’église, encadré par son mail d’arbres ordonnancé, un autre espace « jardin » se développe au chevet sud de l’église. C’est une espace de respiration, dédié à la détente et au repos qui vient compléter ce qu’offre le petit square Jean Yole existant. Il est ouvert et aménagé avec des cheminements traversant de larges parterres, légèrement bombés. Ils sont plantés d’une prairie de fauche en strate basse, supplantée de petits arbres guidés en cépées, très ornementaux par leur feuillage et/ou leur floraison(cerisiers, amélanchiers…). En bordure, de larges banquettes offrent des assises confortables dans ce jardin. Le square Jean Yole Le square jean Yole est peu modifié. Il est cependant mieux relié à la rue Clémenceau en retirant le garde corps et en aménageant la différence de niveau entre rue et jardin et avec des gradins doux et une large rampe. Le bloc sanitaire est déplacé vers le fond du site. L’esplanade-jardin des équipements Tout en conservant leur capacité globale, les parkings et leurs dessertes de ce secteur sont optimisés pour libérer un vaste parvis piéton reliant les entrées des 3 équipements. On retrouve, au sol, le même béton de site, ocre clair que sur les carreaux du centre, étendu sur l’ensemble de l’espace. L’esplanade est bordée par de très larges terres-pleins plantés avec la palette végétale de la pinède-chênaie, en continuité du cordon dunaire immédiatement à proximité. Légèrement bombés, ils entourent les poches de stationnement pour mieux les intégrer. L’esplanade est traversée par la rue de la plage, voie apaisée dédiée aux modes doux dans le prolongement de l’avenue de la mer, aménagée comme une allée de parc qualifiant cette porte d’entrée sud principale du centrebourg.

UN PLAN DE CIRCULATION ET STATIONNEMENT OPTIMISE ET APAISE, SOUPLE QUI LIBERE DES ESPACES

Le dispositif actuel des voies présente de larges possibilités de desserte du bourg et la mise en place d’un système très lisible de boucles et circuits hiérarchisés : – Une boucle « tour des boulevards », par la RD 38b, les Bd De Lattre, Leclerc et Juin et la rue de Challans, dédiée au transit et au contournement du centre – Une boucle «ceinture du centre » par une partie de ces boulevards sud et les rues du Midi, de la Rivière, des Glajous, du Vasais et PeyRoux / de Clairmont , reliant et distribuant tous les grands parkings satellites de dissuasion Nord et Sud, qui jalonnent le pourtour du centre bourg – Les circuits en boucle du coeur de bourg, à sens unique, qui permettent de desservir au plus près les espaces publics de l’hyper-centre, en dehors des périodes de très haute saison. Ce triple dispositif concentrique est particulièrement adapté à la différence de trafic dans les diverses modalités et de fréquentation piétonne haute et basse saison, ce qui permet en hiver de laisser la liberté de circuler sur la totalité des itinéraires et en haute et très haute saison de canaliser la circulation dans l’hyper centre tout en assurant une bonne desserte des nombreux parkings qui s’égrènent sur les boucles. Par ailleurs, le plan de circulation limitera le trafic de transit grâce à quelques sens uniques têtes bêches. Saint-Jean-de-Monts – Janvier 2014 Equipe de maîtrise d’oeuvre Lancereau & Meyniel – Exit Paysagistes – SCE

LA GESTION DU STATIONNEMENT

Pour ce qui concerne le stationnement, le comptage actuel dénombre 1060 places sur l’ensemble du centre bourg dont 275 sur les places. Selon l’esquisse présentée on en dénombrerait 1020 sur l’ensemble et 237 sur les places. La baisse de la capacité en hyper centre serait compensée : – d’une part par les effets du nouveau plan de circulation incitant à emprunter la boucle Tour du centre et à utiliser un parking de dissuasion, plutôt qu’à se diriger directement vers l’hyper centre, – d’autre part par la limitation de la durée de stationnement à 1h30 en haute saison (hors marché) via le disque européen, afin d’amplifier les rotations et de dynamiser les commerces de l’hyper centre (les voitures ventouses étant reléguées sur les parkings de dissuasion, à 150 – 300 mètres), – enfin par des interventions fortes en faveur d’espaces publics qualitatifs et de liaisons douces fonctionnelles, incitant à laisser sa voiture au garage, et, pourquoi pas, une navette parking relais du Carrefour de la Croix Rouge – Centre-bourg – Plage.

  • Type: espaces publics urbains
  • État: Concours
  • Année: 2014
  • Ville: Saint-Jean-des-Monts [85]
  • Client: Commune
  • Superficie: 37 000 m2
  • Budget: 4 305 600 € HT
  • Équipe: Exit Paysagistes associés (Claire Gilot, Pedro Asencio, Lucie Valloir, Lucie Gyselink, Raphael Leitao) - Lancereau&Meyniel Architectes, mandataire - SCE Nantes, BET VRD et déplacements
  • Prestation: maîtrise d'œuvre complète