Perspective 1 / 11
ART_Vue4 2 / 11
ART_Vue5 3 / 11
ART_Vue2 4 / 11
ART_Vue1 5 / 11
ART_Vue6 6 / 11
ART_Plan-masse 7 / 11
ART-Coupes-Haut-bas 8 / 11
ART-déployé 9 / 11
ART_Voir 10 / 11
ART_monter-descendre 11 / 11

Perspective

[ART] Quartier Marat-Hartmann

Géographique

Les trois entités géographiques que sont le plateau, le coteau et la vallée d’Ivry sur Seine sont aujourd’hui sur le périmètre du projet totalement déconnectés et autonomes les unes des autres. En effet, le passage de l’une à l’autre de ces entités constitue une véritable rupture, l’une commençant ou se termine l’autre. Ainsi, le talus entre le plateau sportif et la rue Robespierre n’apparait aujourd’hui que comme le simple fruit de l’inscription de la rue Robespierre à proximité du coteau.
Le projet vise à fédérer l’ensemble de ces trois unités par l’animation du talus. Nous proposons de reprofiler ce talus afin de lui attribuer une valeur d’usage et de lien entre plateau et Val de Seine.
La ramification du talus fabrique ; au nord, la traversée de la cité Marat-Hartmann ; au sud, la distribution des deux plateaux sportifs et des opérations de logement.
Un mouvement de terrain gère ainsi la limite entre les plateaux sportifs d’usage réglementé et d’accès libre et introduit les espaces extérieurs des deux nouvelles opérations du plateau logements. Au sud, il dessine une continuité et distingue les espaces de traversées publiques de la cité Marat Hartmann, des espaces résidentiels.

Le type d’implantation des divers équipements du programme, diversifiant les orientations, depuis plateau vers la vallée, est né du site. En effet, la pertinence de l’implantation des barres de logement de la cité Marat-Hartmann sur le coteau est la base du dessin de la traversée publique de la cité et des espaces sportifs que nous vous proposons.

Le bâtiment vestiaire s’inscrit dans la gestion douce de la pente formant soutènement. Il l’accompagne via la rampe l’accès au stade. Il forme un repère « la Vigie » sur la rue Hartmann, invitant à la promenade, la détente et le sport.
Ce bâtiment tient compte des cadrages de vues sur le « grand paysage » et des percées visuelles mises en valeur dans le projet, ainsi depuis la rue, il permet une vue profonde sur le paysage.

Scénographique

La ville d’Ivry-sur-Seine manque aujourd’hui de liaisons nord -sud entre le plateau et la vallée de la Seine. Le projet de requalification des espaces publics et sportif du secteur d’étude est pour nous, l’occasion de proposer aux habitants de la ville et à ses visiteurs, la création d’un parcours permettant de relier vallée et plateau.
Ce parcours, depuis la manufacture des œillets, traverse la cité Marat-Hartmann, gravit le coteau, traverse les espaces sportifs pour aboutir sur le plateau rue Marcel-Hartmann.
Le déplacement sur ce parcours est motivé par deux types de vue :
Dans le sens de la descente, Le relief fabrique un panorama sur 180°. Nous proposons donc de fabriquer des cadrages sur des points particuliers du panorama (patrimoine architectural de la ville, morceau de ciel, silhouette remarquable). Ces cadrages précédent à la localisation de l’implantation des équipements, vestiaires, et aires de jeux. Ils ponctuent le parcours en marquant des points d’arrêts matérialisés en plate-forme, bancs. Ces cadrages initient les directions matérialisées par l’orientation des terrains de sports et de l’escalier qui relie la rue Robespierre au plateau.
Dans le sens de la montée, l’orientation des différents segments du parcours et la trame des plantations, ont pour objectif de marquer et de renforcer les perspectives du site. Le parcours montant est motivé par des vues profondes et fuyantes appelant à la poursuite de la promenade. Les nœuds focaux et appels visuels créés, jalonnent et aboutissent les perspectives conçues au sein de la cité par les architectes Henri et Robert Chevalier.
Ces perspectives enfin, initient la trame urbaine du projet.

Usages

La ville d’Ivry-sur-Seine manque d’espaces de jardins et de promenades. Il nous parait intéressant d’accompagner les espaces sportifs programmés de lieux jardinés de détente et de pause. Le fort dénivelle du site offre aux visiteurs une situation en belvédère depuis le plateau, dont il est important de faire profiter le plus grand nombre.

Le projet emprunte la typologie de la place-mail, dont la Grand place de la Seine Port est un exemple. Cette figure, en effet, se prête à de nombreuses utilisations simultanées et les jeux de boules et de ballon de l’espace central côtoient sans conflit les promeneurs et personnes assises sous le mail périphérique. Groupes d’enfants, d’adolescents et d’anciens, chacun y trouvent sa place.
En référence à cette typologie, le projet d’espaces sportifs et d’espaces publics d’Ivry-sur-Seine déploie une large trame arborée, à cheval sur les trois entités géographiques. Au sein de cette trame s’intercalent les terrains sportifs d’accès réglementé et d’accès libre, l’aire de jeux du glacis Robespierre et l’aire de musculation urbaine. Sous le mail se nichent les lieux de détente, les espaces jardinés et les bancs accueillant les promeneurs et observateurs de jeux sportifs.

  • Type: espaces publics urbains
  • État: Concours
  • Année: 2010
  • Ville: Ivry-Sur-Seine [94]
  • Client: Ville d'Ivry-Sur-Seine
  • Superficie: 1.4Ha
  • Budget: 6 500 000 €
  • Équipe: EXIT Paysagistes associés (Guillaume Lomp, Helene Prechac, Marie Hungler) + Techni’Cité, Ingénierie des espaces extérieurs mandataire + SCP Beguin&Macchini architectes + CEI Ingénierie structure
  • Prestation: Concours de maîtrise d'oeuvre